Les dessins autant que les peintures de Julie Ouellet consistent en des accumulations débordantes faites de lignes sinueuses entremêlées et générant des réseaux labyrinthiques. Sur la surface, la main de l'artiste déambule, génère des parcours, établit des systèmes, engendre des lois, rencontre des contraintes, effectue des détours, arrive à des culs-de-sac et revient sur ses pas. Devant l’œuvre, le regard oscille entre microcosme et macrocosme: les innombrables détails vus de près se confondent en une masse indistincte une fois perçus de loin. Ces dessins témoignent d’une réalité furtive activée par une perception tiraillée entre un tracé à la fois complexe et épuré. Dans le regard ou dans le geste, si le mouvement du doute brouille les pistes de la réalité, il en dégage aussi, à force d’avancées et de reculs, ce qui reste immuable.
Une réflexion plus récente pose des questions sur ce qui s'articule autour de l'acte même de dessiner. Par des expérimentations diverses Ouellet cherche à saisir ce qui dicte ou influence le parcours de la main qui trace. Elle en viens à mettre en place des situations de traçage volontairement contraignantes et imprévisibles. Dans la limite, par le biais de techniques et d'outils inhabituels imposés, à travers une action réalisée dans un lieu déstabilisant, elle mets sous tension un geste qui à travers cette résistance imposée s'efforce de demeurer vif autant que précis et minutieux. Ainsi, le travail oscille entre maîtrise et dérive. 


Julie Ouellet vit et travaille à Montréal. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions solos et collectives à Montréal et aussi à Toronto et aux État-Unis. Ces œuvres font partie de collections prestigieuses autant publiques que privées. Elle est représentée à Montréal par la Galerie Simon Blais

Back to Top